Walewski garde espoir concernant l’avenir de l’Italie

Par le

Les réformes structurelles prévues en Italie ne sont pas susceptibles d’être altérées par le retrait du soutien du PDL, le parti de Silvio Berlusconi, au chef du gouvernement italien Mario Monti et ses réformes économiques, soutient Nicolas Walewski d’Alken.

En exclusivité pour Citywire, le gérant actions européennes a déclaré que la possibilité d’élections anticipées en Italie et l’instabilité politique que cela pourrait causer,  n’ont pas changé son point de vue sur les perspectives à long terme du pays.

En Octobre dernier, le gérant français, qui est basé à Londres faisait part de son optimisme quant au futur de l’Italie et prévoyait d’augmenter l’exposition de son fonds, l’Alken European Opportunities, au marché italien.

‘L’instabilité politique en Italie n’est jamais une bonne chose à court terme, mais nous pensons que des élections anticipées ne changeraient guère la situation. Le prochain gouvernement ou coalition sera définitivement ‘pro Europe’’.

‘Compte-tenu de cette approche pro-européenne, les réformes structurelles ne seront pas modifiées. Par conséquent, cela ne change rien à notre vision à long-terme sur l’Italie’.

Walewski admet tout de même que cette nouvelle pourrait augmenter les risques d’agitation au sein du gouvernement et forcer le président italien, Giogio Napolitano, à organiser des élections anticipées. Il considère de toute façon 'hautement improbable' un retour à une ère Berlusconi.

‘Sur la base des récents sondages, le PDL et la Ligue du Nord jouissent d’une certaine impopularité.’

‘Par conséquent, en supposant que les prochaines élections soient basées sur le système électoral actuel, il est hautement improbable que l'on voit soit Berlusconi soit une coalition PDL + Ligue du Nord remporter une majorité, du moins au sein de la Chambre des députés.’

Sur les trois dernières années, le fonds Alken European Opportunities a eu un rendement de 30.5% alors que son benchmark, le Stoxx Europe 600 TR, a fait 27.35%