J-C.Mériaux de DNCA : 2012 a été une année ‘exceptionnelle pour les obligations'

Par le

L’année 2012 a été exceptionnelle pour les obligations mais aujourd’hui les investisseurs ont tendance à sous-estimer les risques sur ce secteur et on ne verra pas les mêmes performances en 2013, selon Jean-Charles Mériaux de DNCA Finance,

Le directeur de la gestion de la boutique Place Vendôme estime que l’année prochaine pourrait voir les actions prendre le dessus sur les obligations en termes de performance.

‘Nous avons eu une année tout à fait exceptionnelle pour les obligations,’ affirme Mériaux, qui gère les fonds Centifolia et DNCA Invest Convertibles, au cours de sa réunion trimestrielle, cette semaine.

‘Entre le début de cette année et fin Octobre, l’indice actions EuroStoxx TR est en hausse de +13%’.

En comparaison, l’indice obligations JP Morgan Credit Index BBB de 7 à 10 ans a enregistré une performance de 19%.

‘Pour avoir des performances supérieures cette année, il fallait prendre un risque sur les corporates en Europe.’

‘C’est une année exceptionnelle qui ne risque pas de se reproduire parce qu’on est sur des niveaux tellement bas aujourd’hui sur les obligations, avec une accélération des performances depuis le mois de septembre, qu’il ne faut pas espérer un retour à deux chiffres l’année prochaine. ‘

Il entrevoit un scénario où les actions seront en hausse au cours de l’année 2013.

‘Les investisseurs aujourd’hui sont un peu perdu entre la fin du risque systémique en Europe et le risque de récession.’

‘En conséquence, les investisseurs continuent de privilégier massivement les marchés obligataires alors que nous observons certains risques sur ces marchés’.

‘Aujourd’hui, Il existe de nombreuses d’opportunités sur les marchés actions’.

‘L’eurozone s’est stabilisée à un niveau bas’, affirme Mériaux, ‘mais elle s’est tout de même stabilisée’.

‘Nous sommes très loin des chiffres négatifs que l’on connaissait lors de la récession des années 2008-2009.’

‘Il ne faut pas croire que l’on s’enfonce un peu partout dans le déclin économique. La situation est à un niveau stable depuis déjà quelques mois’ conclut Mériaux.